La profession de pharmacien d’officine est variée, complexe et dangereuse. Dangereuse, car, en exerçant sa profession, le pharmacien est susceptible de nuire à d’autres personnes ainsi qu’à lui-même. Il est constamment mis au défi et également tenu de décider et d’agir convenablement, dans de brefs délais, et parfois à la place d’autres personnes. Son devoir de diligence entre régulièrement en conflit avec les différentes valeurs des clients, mais également avec ses propres intérêts notamment économiques. Le dilemme éthique est préprogrammé.

Éthique à la Pharmacie

Les pharmaciens sont tenus de fournir les meilleurs soins de santé et la meilleure prévention contre les maladies possibles à leurs patients et clients. À cette fin, ils s’appuient sur des faits scientifiques du domaine pharmaceutique et agissent toujours au mieux de leurs connaissances et de leur conscience. Pour ce faire, ils s’orientent sur le code de conduite de l’association professionnelle, qui résume les obligations éthiques liées à la profession. En outre, des obligations légales s’appliquent telles que la loi sur les produits thérapeutiques ou celle sur les stupéfiants, qui fournissent des lignes directrices pour le quotidien à l’officine. Dans ce cadre, le pharmacien endosse également une responsabilité sociale envers la société et l’environnement et est notamment tenu de prévenir la dépendance et l’abus de médicaments. S’il soupçonne un risque pour une personne ou un animal, il est en outre soumis à l’obligation de déclaration aux autorités.

Souhait du client versus devoir de diligence

D’autre part, il y a le client avec ses besoins et ses valeurs individuels. Comment peut-on toujours le conseiller de façon professionnelle ? Heureusement, cela ne pose en général pas de problème. Mais que faire lorsque le souhait du client entre en conflit avec le devoir de diligence du pharmacien ? Ce dernier peut-il ou doit-il malgré tout être rempli ?
Toute personne a droit à l’autodétermination. Ce libre arbitre est l’expression de la dignité humaine et ancrée en tant que droit humain. Ainsi, le pharmacien est dans tous les cas tenu de conseiller le client de manière impartiale, empathique et ouverte. Cela peut conduire à un dilemme éthique. Celui-ci se caractérise par le fait que, peu importe l’action, il est impossible de satisfaire à toutes les valeurs et normes.

Trouver des solutions ensemble

Le meilleur moyen de traiter un dilemme est de trouver une solution avec le client par la discussion. Celui-ci pèse les arguments de toutes les personnes concernées, évalue la proportionnalité des mesures et examine les conséquences des décisions possibles. Le guide éthique de la Société suisse des Pharmaciens pharmaSuisse apporte ici son soutien, en aidant pas à pas à démêler des situations complexes. Il est également important que les locaux de la pharmacie puissent abriter un espace privé pour de tels entretiens. Le désir de confidentialité de la clientèle à la pharmacie ne doit pas être sous-estimé.


Christian Cordt-Moller, Pharmacien FPH / propriétaire